Les rhumatismes inflammatoires (Spondylarthrite ankylosante)

rhumatismes inflammatoires

Doté de 400 os, le corps humain est une formidable machine. Néanmoins, dès 50 ans, les conséquences du vieillissement du corps se font déjà ressentir. Il est donc indispensable d’être attentif aux moindres signes et symptômes qui pourraient paraître anormaux.

 

Symptômes

Les rhumatismes inflammatoires sont considérés de cette nature lorsqu’il y a une inflammation d’une ou de plusieurs articulations, symptômes souvent liés à une maladie dite inflammatoire chronique. Un des symptômes caractéristiques est l’apparition de douleurs accompagné d’une perte de souplesse des articulations localisées dans le bas de la colonne vertébrale jusqu’au bassin. La personne atteinte peut éprouver des difficultés à se mouvoir et donc souffrir d’une mobilité limitée. Il faut rester vigilant aux autres parties du corps, la Spondylarthrite ankylosante peut aussi se manifester au niveau des genoux et des épaules accompagné des même symptômes.

 

Qui est touché ?

Les rhumatismes inflammatoires ne sont pas toujours liés au vieillissement, cette pathologie touche tous les âges et peut se contracter chez certains sujets très jeunes, dès l’âge de 15 ans. En règle générale, elle se développe entre l’âge de 20 à 40 ans. Sa cause exacte n’est pas connue, mais l’on sait que différents facteurs génétiques et environnementaux interviennent souvent dans son apparition. Si vous avez un membre de votre famille atteint de spondylarthrite ankylosante, vous faite alors face à un risque accru de contracter ce type d’infection, dû à son caractère héréditaire.

 

Que faire en cas de rhumatismes ?

Si vous y êtes sujet, pensez à consulter, les troubles articulaires sont fréquents, on estime qu’ils représentent au moins de 15 % des consultations chez les généralistes. Dans certains cas, et plus particulièrement dans celui des rhumatismes inflammatoires, il est important d’agir vite, car ce sont des maladies à caractère évolutifs, l’inflammation à tendance à se propager en détériorant les articulations et le cartilage situé entre les disques. C’est la raison pour laquelle une détection en amont de l’infection est primordiale pour partiellement enrayer l’ankylose. En fonction de l’endroit et des symptômes, une imagerie est souvent réalisée. Il peut s’agir d’une radiographie, d’un scanner ou d’une IRM.