facebook_pixel

Alimentation: La première médecine pour votre corps

Etant les principaux acteurs de notre santé, nous prenons de plus en plus conscience de l’importance de manger sainement. En effet, une alimentation inadaptée combinée à un manque d’activité nous amène à développer des pathologies de plus en plus contraignantes. C’est pourquoi, il est important de rappeler que certains aliments peuvent nous aider à maintenir une bonne santé.

  • L’ail par exemple, est votre meilleur allié du quotidien. Reconnu depuis l’antiquité pour ces qualités antibactérienne, antiseptique et antioxydante, il aide également à la bonne digestion.
  • Les fruits rouges, comme le Cranberry, sont extrêmement efficaces contre le vieillissement des cellules !
  • L’huile d’olive est réputée pour l’apport en bon gras mais aussi en vitamine E, en polyphénol (antioxydant) et acide oléique qui aide à lutter contre le cholestérol.
  • Le chocolat noir, en toute modération, va dans le même sens puisqu’il est riche en éléments antioxydant.
  • L’avocat, riche en acide gras mono-insaturé, diminue les risques de maladies-cardio-vascualaires et est puissant antioxydant.

La liste etant non exhaustive, les plus curieux d’entre vous trouverons leur bonheur ici.

mtt0mmbt1ws-epicurrence

Quel est donc le lien étroit entre l’alimentation et nos muscles ?

Tout d’abord, il faut savoir que l’alimentation, en règle générale, va avoir une influence drastique sur les douleurs musculaires, articulaires et tendineuses (tendinites). En l’occurrence, les aliments qui acidifient le milieu intérieur tels que la viande rouge, le café, l’alcool, les produits laitiers (lait de vache notamment), les agrumes excepté le citron et les tomates, vont avoir une incidence physiologique sur le corps humain. En effet, l’acidification, a pour conséquence d’augmenter le risque de douleurs musculaires (y compris votre dos) et de douleurs tendineuses.

Les sportifs, dans une moindre mesure, auront plus de risques de blessures musculaires (déchirures, claquages) et articulaires (atteinte du cartilage, fracture de la fatigue). Il n’est d’ailleurs pas méconnu que les sportifs suivent un régime strict pour préserver leur forme physique.

L’autre aspect de l’alimentation vient du rapport anatomique entre le système digestif et les organes environnants la colonne vertébrale. Il existe un lien étroit entre nos organes qui sont liés par des attaches situés sur les segments osseux du corps, de la colonne vertébrale, des côtes, etc. Lorsqu’un organe va donc souffrir à cause d’un excès notamment, l’information remontant sur les naissances nerveuses se propage sur des muscles environnants. Cela provoque alors une douleur musculaire que nous n’arrivont pas à décrypter. C’est pourquoi, un désordre de l’intestin grêle et du colon aura de fortes chances de se répercuter sur les lombaires et entrainer une inflammation dans le bas du dos. Nous retrouvons notamment ce cas lorsque nous avons une gastro pendant plusieurs jours.

Pour finir, les personnes intolérantes au lactose ou au gluten sont aussi plus fragile du bas du dos en raison de la sensibilité de leur systeme digestif, à ses aliments.

 

A bientôt pour de nouvelles informations pratiques.

Don’t worry, we’ve got your back!

La Team Percko